Prendre le théâtre à la lettre,
Se saisir des textes dramatiques,
Écrire sur les mots des auteurs, fragments du monde,
Lire le théâtre.

De 2001 à 2010, alors que je collaborais à l’Humanité, je me suis rendue à un rythme soutenu au théâtre. C’était à Paris, au théâtre public essentiellement, sans oublier des lieux grands comme mouchoirs de poche où se nichaient des pépites. C’était aussi, quelquefois, en province, à la découverte des créations des Centres dramatiques nationaux. Et parfois plus loin, pour suivre la création européenne. J’ai hanté aussi et aimé l’atmosphère dense des festivals où toute une ville vit à l’heure du théâtre. Guidée par Jean-Pierre Siméon, dans le fourmillement des compagnies du Off d’Avignon, j’ai vu des troupes balbutiantes qui, d’année en année, ont affermi leur propos, déployé leur jeu, leur vision, et ont peu à peu laissé l’empreinte de leur talent.
Durant ces années où j’entrais sans relâche dans les lieux et la rumeur du théâtre, j’étais bien sûr attentive à tous les éléments du spectacle que je voyais : mise en scène, interprétation des comédiens, scénographie… Pourtant, pour peu qu’ils disent la vie et les êtres sans biaiser, qu’ils construisent au monde des représentations permettant d’en fouiller les sinuosités, ce sont les mots des auteurs, leur écriture, une langue singulière ou juste de chair littéraire, qui me marquaient le plus vivement. Qui cheminaient longtemps en moi.
Je vais essayer, donc, de lire les textes dramatiques avant leur mise en bouche.

Textes dramatiques

Avec Rouge, Emmanuel Darley écrit la colère qui s’empourpre de sang

Lire la pièce Rouge d’Emmanuel Darley, publiée chez Actes Sud-Papiers, c’est entendre une langue de théâtre singulière qui porte le grondement grandissant d’un groupe révulsé, bientôt radicalisé, par ce hiatus entre salaires vertigineux et seuil de pauvreté.

Lire l’article

Noël revient tous les ans, de Marie Nimier, nous fait passer le goût de la dinde

Avec Noël revient tous les ans, Marie Nimier égrène dix repas de Noël qui réunissent une mère, son fils et sa petite amie, nouvelle chaque année. La pièce, qui se joue en ce mois de janvier, demain notamment à Villeneuve d’Ascq puis à Nantes, sert sarcasmes cruels et tensions à cette table de Noël qui n’est pas que de fête.

Lire l’article

Solitarité ou le capitalisme à visage roumain

Avec Solitarité, Gianina Carbunariu promène un oeil cruel sur son pays, la Roumanie, et sur sa classe moyenne mesquine.

Lire l’article

La pièce de Bernardo Carvalho, une suite d’échanges déshumanisés sur fond de crise économique

Dire ce qu’on ne pense pas dans des langues qu’on ne parle pas est une pièce bâtie d’une langue aride, atone, qui ploie sous l’injonction d’une crise économique impalpable que nul ne cherche à combattre.

Lire l’article

Par ailleurs

Ce soir, le travail chorégraphique de Nancy Naous est à éprouver de toute urgence

Ce soir, à la Scène nationale de Saint-Nazaire, These shoes are made for walking, de la chorégraphe Nancy Naous, sonde l’impact des violences, celle notamment qui suivirent le Printemps arabe, dans les corps.

Lire l’article

À l’oubli donner des ailes

La première création de Raphaëlle Boitel a des rêves la profusion d’images fantastiques et irraisonnées. Elle en a aussi la grâce ineffable.

Lire l’article

Les mots d’Annie Ernaux pour dire la passion qui sidère

Jeanne Champagne met en scène Passion simple, de l’auteure des Armoires vides. Une plongée dans une relation obsessionnelle, étanche au cours du monde, que s’approprie finement la comédienne Marie Matheron sur la scène du Lucernaire.

Lire l’article

Urgent : trois clowns à prendre au sérieux au Théâtre de la Cité internationale !

Si Paris désert et écrasé de chaleur vous pèse, “Les clowns”, écrit et mis en scène par François Cervantès, vous seront une fraîche échappée d’humour féroce et d’humanité toute nue. Jusqu’au 3 août seulement !

Lire l’article

Au théâtre ce matin : Phèdre

La pièce de Racine invite à une expérience théâtrale matinale à la Maison des métallos. Un moment juste.

Lire l’article